« Un càcou une cagole » Histoires Marseillaises – le jeudi 15 décembre 2016 à 20h30 et le vendredi 16 décembre 2016 à 20h30

Pierre LevyComédie, Humour, Spectacles

càcou, cacou, kakou, cagole, histoires, marseillais, marseillaise, histoires marseillaises, Jean Jacque, Marion Manca, Philippe Napias, cacou.fr

L’histoire :

Avec les càcous et les cagoles, le quotidien n’est jamais banal, mais il a l’avantage d’être très amusant. La preuve avec ce spectacle à sketches où Gérard le càcou et Jessica la cagole entraînent le public dans leurs aventures truculentes et explosives mais que l’on a tous finalement connues un jour ou l’autre. Des embouteillages sur l’autoroute le dimanche soir à un matche télévisé de l’OM qui va tourner au vinaigre en passant par un repas dans un restaurant asiatique minable, une séance photos épuisante lors d’un mariage au Palais Longchamp, de fortes tensions dans un fast-food et une soirée délire dans un bar karaoké de quartier, ces deux Marseillais pur jus vont vivre de grands moments…

Un spectacle relevé à la sauce phocéenne où les gags et les situations désopilantes s’enchaînent, car avec Gérard et Jessica même les situations les plus simples peuvent devenir très compliquées. Mais c’est pour la bonne cause : les rires et la bonne humeur du public.

càcou, cacou, kakou, cagole, histoires, marseillais, marseillaise, histoires marseillaises, Jean Jacque, Marion Manca, Philippe Napias, cacou.fr

Notes d’intention
de l’auteur :

Les càcous et les cagoles sont un vrai régal pour un auteur. On peut tout leur faire dire et leur faire faire ! Alors, je ne m’en prive jamais d’autant que les situations les plus anecdotiques peuvent devenir exceptionnelles, avec eux.

Dans ce spectacle, j’ai volontairement choisi des tranches de vie pour montrer à quel point ces per- sonnages réels peuvent devenir irréels par leurs exagérations constantes qui font leur particularisme, surtout si on les associe au parler local.

Au bout du compte, chacun reconnaîtra dans ce càcou et cette cagole un voisin, une voisine, son beau-frère, sa belle-mère… et pourquoi pas un peu soi-même. Parce qu’avec eux et grâce à eux, toutes les vérités sont bonnes à dire.

Jean Jaque

du metteur en scène :

Le café-théâtre donne la première place au verbe et au jeu du comédien. C’est pourquoi, j’ai mené un travail de directeur d’acteur plutôt que de metteur en scène afin de donner encore plus de force aux mots qui doivent déclencher les rires. Même chose pour les décors. Les sketches se passant dans des lieux différents, il était évidemment impossible de créer une ambiance réaliste. Je suis donc allé au plus efficace, au plus utile, au plus pratique : des cubes qui, suivant la situation, font office de tables, chaises… Un choix dû également à ma volonté de ne pas perdre de temps entre les sketches pour maintenir un rythme élevé, ce qui est essentiel dans les spectacles comiques

Jean Jaque

 

Lu dans la presse :

« Jean Jacque offre un spectacle bien maîtrisé avec effets et chutes dans la règle de l’art. Les situations comiques se succèdent à un rythme effréné, mais le spectateur n’en ressort pas fatigué… Il en redemande ! »

La Provence