Traveling Express – samedi 27 novembre 2021 à 20h

Le TétardComédie

Compagnie Art'On présente Traveling Express

La Compagnie Art’On vous présente : Traveling Express

Une nouvelle comédie qui déraille

Compagnie Art'On présente Traveling Express

Nous sommes en 1940 à Ljubljana en Slovénie. Marcel Bonelli vient de terminer sa tournée en Europe pour le tournage de son dernier film « Le vent des dames ». Après une interview on comprend rapidement le réalisateur raté qu’il est. Malheureusement il a aussi des dettes, cela fait plusieurs mois qu’il échappe à la Mafia Napolitaine mais a fini par être retrouvé.

Sans aucune liquidité et sans talent, il convainc la mafia d’attendre la présentation de son film au festival de Canne, qui en en petit comité, va décerner un chèque au vainqueur de leur concours. La supercherie est montée, mais le temps va manquer car dans 24h le prix sera décerné. Heureusement, Marcel Bonelli, dans son propre intérêt, a fait louer un train au frais de la production pour subvenir aux « besoins du tournage ». Tout semble aller pour le mieux pour lui et son équipe.

Mais ce n’est qu’une illusion, car à la moitié du voyage, les événements vont bousculer ses plans.

Augustin, son fidèle assistant aux airs très efféminés, ne retrouve plus les bandes du film. Elles ont été oubliées en Slovénie. Dans l’impossibilité de faire demi-tour et sa vie dépendant de ce concours, la seule solution c’est de tourner le film à bord du train en faisant preuve d’ingéniosité. Ainsi, la script devient scénariste et premier rôle féminin, Augustin l’assistant passe au cadrage et Marcel au premier rôle masculin. Ce sera une romance, une relation épistolaire qui se concrétise dans le secret de l’inconnu…

Mais bien entendu, rien ne se passera comme prévu. Peu de temps après le train s’arrête, une compagnie SS investit le train, à la recherche de ressortissants. Fort heureusement, l’officier Hanz Wanderman est un cinéphile et quand il apprend la tragédie de l’équipe, il prend part au projet. Il les accompagnera jusqu’à Canne, mais à la condition qu’il joue dans le film et qu’il y apporte sa petite touche. Bien entendu, ce fanatique d’Hitler, n’a aucun talent. Mais dans une conversation, Blanche la script, apprend qu’il entretient une relation étroite avec Hitler lui-même, qui adore les films à l’eau de rose.

Blanche est une révolutionnaire, une résistante juive qui, à ce moment voit se dessiner une occasion en or de mettre fin à la guerre. Mais encore une fois, tout ne va pas se passer comme prévu.

Francine, la femme de Marcel est à bord elle aussi, mais s’est fait passer pour un mécanicien de locomotive. Elle a la vive intention d’assister à un adultère pour demander le divorce à son mari. Mais quand elle s’absente pour l’observer, elle se rend compte que le vrai chef de train lui a disparu, elle devient alors responsable de la locomotive contre son gré.

Le train prend alors du retard, le tournage est un carnage, mais enfin notre équipe arrive à Canne.

Le court métrage est un gros four, Marcel perd tout espoir et annonce l’arrêt de sa carrière. La gagnante est une réalisatrice inconnue qui présente « Les dames du vent ». On apprend finalement qu’il s’agit de Francine, qui au cours du voyage a retrouvé les bandes du film et les a présentées en son nom. Après avoir appris que son mari est un véritable héros de guerre, elle finit par lui annoncer la victoire de son film et lui donner la palme d’or.

Augustin, l’assistant réalisateur, devenue Augustine puis Marie décide de rentrer à Marseille pour aider son oncle dans son hôtel. Hanz ne connaissais pas Hitler comme Blanche voulait l’entendre, la fin de la guerre ne sera pas pour tout de suite. Sauf que pendant le voyage, elle est tombée sur une série de messages codés qui va la conduire tout droit vers les réseaux de résistance dans le Vercors.

durée du spectacle : 2 h

tarif du spectacle : 15 €